Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Expériences sur le cuir "bouilli"

1 Décembre 2009 , Rédigé par Anne Deré Publié dans #Recherches et expériences sur le "cuir bouilli"

L'aventure continue sur Facebook :

https://www.facebook.com/anne.dorchis.7?lst=100020943941951%3A100020943941951%3A1507548452


En quelques images, voici notre procédé pour fabriquer des étuis en cuir durci. Nous avons pris en exemple un modèle très connu datant du début du 15 ème siècle, exposé au musée du Cluny.
Le peu d'outils nécéssaires : un tranchet (couteau très fin et très coupant), une grande pierre dure et parfaitement plane, quelques baguettes taillées dans de l'os, une forme en bois.
Le cuir utilisé est du veau tanné à l'aide de végétaux d'une épaisseur de 8/10 ème de mm, ce cuir est souple et sa fleur est  lisse :



Pour la colle, nous avons utilisé de la colle fabriquée à base de cartilages de porc : la colle forte. De nos jours, cette colle n'est plus disponible sous ce nom mais on peut en trouver au supermarché tout simplement au rayon pâtisserie, en effet la gélatine pour faire des gâteaux est de la colle forte.

J'ai essayé d'autres colles animales : nerf, os, peau ... Mais, d'après mes quelques expériences, rien n'égale la colle de gélatine à part l'hictyocolle (colle de vessie natatoire d'esturgeon). Toutefois le prix de cette dernière colle est si élevée que pour débuter il vaut mieux la simple gélatine pour gateaux. Déjà que des esturgeons, il y en a de moins en moins...il y a cinq siècles, on en trouvait dans nos fleuves.

Passons à la pratique...
Préparation de la colle forte de gélatine : Dans un pot (à confiture), mettre 2 feuilles de gélatine (au besoin les casser) puis ajouter l'eau froide pour couvrir à hauteur. Les feuilles étant très fines, elle gonflent rapidement. Au bout de 2 heures, faire chauffer doucement le pot au bain-marie en remuant. A partir de 23 °C, les fibres de collagène de la gélatine se séparent les unes des autres et on obtient un liquide homogène et transparent. En contrôlant la température avec un thermomètre,  il est maintenant possible de tremper le cuir dans cette colle.



Un dégagement de bulles est visible, accompagné d'un bruit d'ébullition. En quelques secondes, le cuir fin est totalement imprégné du liquide, il est flasque et gluant.

Remarque : Il est plausible que, de cette étape où les bulles d'air s'échappent, vienne l'appellation cuir bouilli. Cela ressemble tout à fait à une ébulition mais la température du liquide employé est bien en dessous de 40 °C.
Remarque :  Lors du trempage du cuir la température de la colle ne doit pas dépasser 37 °C sous peine d'abîmer définitivement la structure du cuir. Une températude de 32 °C est optimum, plus froid  le liquide pénètre plus lentement dans le cuir.
Voici une image (pour ceux qui ne font pas de patisserie) de cette gelée refroidie après chauffage:























Ensuite le bout de cuir est placé sur la pierre plate et paré à l'aide du tranchet :



Le parage est indispensable pour ne pas faire de "marches" sur les raccords, ce qui serait disgracieux et fragile.
Aidé de la colle gluante, le cuir adhère à la pierre et facilite ce travail très délicat.

Remarques : La surface du cuir est utilisée au maximum, les chûtes de cuir sont minimes, il reste seulement  quelques fins copeaux. Il est tout à fait possible de parer le cuir avant de le tremper dans la colle.

Le cuir est disposé sur la forme, les jointures sont fixées avec un batonnet en os :

























Les jointures sont lissées :



Les rectangles de cuir épais maintiennent les passants en forme.

Il ne reste plus qu'à décorer l'objet avant qu'il ne soit complètement sec :




Les motifs sont incisés avec un fine lame, le fond est "repoussé" en utilisant un outil en os fait maison. Une fois sec, l'objet est huilé avec de l'huile de lin.
 

Remarque : On peut dire que cette boîte est entièrement faîte de collagène,en effet le mot collagène vient de termes grecs signifiant "qui fait la colle" or le cuir lui-même est constitué de cette substance. L'ajout de collagène augmente la densité du cuir (l'air chassé est remplacé par la colle et les fibres du cuir sont renforcées).
Il est très difficile d'avoir des preuves de l'utilisation de cette technique car la composition chimique du cuir ainsi transformé ne diffère pas de celle du cuir d'origine.
 :-) Si des étudiants cherchent des idées de Master, qu'ils n'hésitent pas à nous contacter !

Résultat final :
Le couvercle s'emboîte, il est parfaîtement ajusté.



Pour lire l'article sur le "cuir bouilli" en totalité :
ici
Pour avoir un complément d'information sur la structure d'un cuir : ici

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Créa2moi 24/05/2017 09:05

Merci pour cette astuce de mise en forme, elle me sera très précieuse pour mes prochaines créations.

MEUAR 01/12/2015 12:12

Excellent article, très complet, très détaillé, avec des illustrations très pertinentes au bon endroit au bon moment, merci lapin !

Anna 22/11/2014 23:28

Merci de San Francisco! Great inspiration, lovely photos!

what causes snoring 22/09/2014 13:55

I was in fact looking for some custom made design for the decoration and gift for a friend on mine and here is what I have been looking for a long time. The work with "boiled" leather is something very impressive and skillful.

Michelle Journet 14/02/2014 11:29


Jaime beaucoup vos expérimentations - et merci pour cette info sur le "cuir bouilli", je lis en ce mosment le Trône de Fer et j'étais intriguée par cette matière - Merci encore

La barbière 04/10/2011 09:36



bonjour,


je trouve votre experimentation tres interessante. vous lk'avez fait pour de petit objet. est il possible d'adapter cette méthode à de plus gros objets? type cuirrasse et est ce tres solide pour
resister à des chocs? ( si vous suivez le fil de mes idées...) merci d'avance de vos réponses



Anne Deré 06/10/2011 13:46



Bonjour,


je pense qu'il est tout à fait possible d'utiliser cette méthode (ou une proche variante) pour fabriquer des protections militaires.


Cette technique renforce le cuir sans altérer sa structure, c'est particulièrement efficace pour contrer les coups d'estocs ou les carreaux d'arbalète. Il existe de nombreux textes datant du 14è
siècle et avant qui décrivent des arbalètriers recouverts de "cuir bouilli". Idem pour des chevaux de guerre et leur cavalier.


Par contre, pour les coups de taille, rien de vaut une côte de maille.


Sur certains gisants, on peut discerner une cuirasse sous le haubert. Mais ce n'est qu'une interprétation...


Je pense que pour aller sur un champ de bataille, un gambison pour les chocs, ensuite une cuirasse pour les coups perçants et par dessus un côte de maille pour les coups tranchants devaient offir
une protection plutôt efficace.


Dans "le livre des métiers", il est mentionné en note que les gainiers-furreliers, maîtres artisans du cuir bouilli fabricaient aussi des boucliers.


J'espère avoir le temps de rédiger un article sur le cuir bouilli à usage militaire cet hiver :-), j'ai quelques sources intéressantes et j'espère en récolter d'autres.


Bien à vous.


 


 



Jérémy 05/03/2011 18:49



Bonjour,


de nouveau félicitations pour votre article fort intéressant et pour vos belles réalisations.


cependant plusieurs questions  subsistent à mon niveau:


 - La "solution" obtenue suite au chauffage au bain marie de la gélatine, doit suffire à elle seule pour imbiber le cuir? Dans le cas contraire à quelle quantité d'eau maximum devons nous
l'ajouter pour toujours avoir suffisemment de colle dans le mélange (pour 2 feuilles de gélatine)?


 - 2 feuilles de gélatines est la quantitée optimale pour quelle surface de cuir? Quand augmenter ou diminuer la dose ?


 - À combien de temps estimez vous un séchage complet ? Est il envisageable d'accelerer le processus de séchage avec un séche cheveux par exemple ?


merci et bonne continuation


Cordialement, Jérémy



Anne Deré 09/03/2011 14:22



Bonjour et merci pour les compliments !


Pour que la colle de gélatine soit efficace, il est important de garder une forte concentration en colle (donc de collagène). Il vaut mieux qu'il y ait le moins d'eau possible dans la solution.


Lorsque vous trempez le cuir dans la solution de colle, je pense que c'est surtout l'eau qui est absorbée donc plus vous trempez du cuir dans la solution, plus elle se concentre en colle. Il est
donc possible de rajouter un peu d'eau après chaque utilisation de la solution. Mais sans trop la diluer tout de même.


Avec deux feuilles de gélatine, ce n'est pas beaucoup mais cela dépend surtout de l'épaisseur du cuir et de la proportion eau/colle dans la solution.


Pour le séchage complet, là aussi cela dépend de l'épaisseur de l'ouvrage. Il faut compter une douzaine d'heures pour un séchage complet.


Mais l'ensemble est solide au bout de quelques dizaines de minutes.


Je déconseille l'utilisation d'une source de chaleur car une T° élevée ferait fondre la colle qui n'est pas encore sèche et risque de dénaturer la surface du cuir. Une fois que la colle est
sèche, elle craint peu la chaleur.


Si le but est de faire prendre la colle plus vite, je conseille plutôt de mettre l'ouvrage humide au frigo (!) le temps que la colle se « gélifie », c'est d'ailleurs très rapide.


Bien à vous.







Kévin 31/12/2010 15:01



Bonjour, je trouve cet article vraiment intéressant et compte essayé à mon tour, par contre je voudrait savoir ce que vous utilisé comme gélatine? (quel marque et ou en trouvé). D'avance merci



Anne Deré 01/01/2011 11:57



Bonjour,


il n'y a pas de marque précise de gélatine pour patisserie. N'importe quelle gélatine faite à base de porc convient. Il est possible d'en trouver dans tous les commerces d'alimentation ou sur
internet, où elle est vendue en gros paquets plus économiques.


 



Arthur 24/12/2010 17:09



Bonjour !


j'ai trouvé votre article vraiment très pratique, je compte aussi essayer cette technique si accessible, mais j'aurais une petite question : vue que la gélatine employée est de la colle et que le
cuir en est pleinement imbibé, n'y a t-il pas un risque que le cuir une fois sec ne soit collé à sur la forme en bois ?? Ou y a t-il un manière particulière de l'enlever du patron?


merci !



Anne Deré 27/12/2010 20:04



Bonjour,


oui, il vaut mieux faire très attention quand le cuir imbibé de colle est sur son moule.


Le mieux est de graisser ou parafiner le moule avant d'appliquer le cuir. (Suif, graisse de moteur, vieille bougie...)


Et aussi, enlever le cuir et le remettre sur son moule assez souvent afin d'eviter qu'il ne colle définitivement !


En faisant bien attention à ne pas oublier le cuir sur son moule, l'opération est facile.


Bonne continuation !



Boris Bouchard 07/10/2010 12:27







Anne Deré 27/12/2010 20:06



message vide (??)



Benoit GILLES 23/10/2009 20:21


Le résultat est vraiment magnifique, je me suis toujours demandé comment ils faisaient ces petites boites et là on a les étapes et le résultat final très conforme aux originaux ! Bravo !


Anne Deré 26/10/2009 10:51


Bonjour ! Merci pour vos compliments, cela fait plaisir de voir que notre travail soit aprécié !