Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Expériences sur le cuir "bouilli"

1 Décembre 2009 , Rédigé par Anne Deré Publié dans #Recherches et expériences sur le "cuir bouilli"

L'aventure continue sur Facebook :

https://www.facebook.com/anne.dorchis.7?lst=100020943941951%3A100020943941951%3A1507548452


En quelques images, voici notre procédé pour fabriquer des étuis en cuir durci. Nous avons pris en exemple un modèle très connu datant du début du 15 ème siècle, exposé au musée du Cluny.
Le peu d'outils nécéssaires : un tranchet (couteau très fin et très coupant), une grande pierre dure et parfaitement plane, quelques baguettes taillées dans de l'os, une forme en bois.
Le cuir utilisé est du veau tanné à l'aide de végétaux d'une épaisseur de 8/10 ème de mm, ce cuir est souple et sa fleur est  lisse :



Pour la colle, nous avons utilisé de la colle fabriquée à base de cartilages de porc : la colle forte. De nos jours, cette colle n'est plus disponible sous ce nom mais on peut en trouver au supermarché tout simplement au rayon pâtisserie, en effet la gélatine pour faire des gâteaux est de la colle forte.

J'ai essayé d'autres colles animales : nerf, os, peau ... Mais, d'après mes quelques expériences, rien n'égale la colle de gélatine à part l'hictyocolle (colle de vessie natatoire d'esturgeon). Toutefois le prix de cette dernière colle est si élevée que pour débuter il vaut mieux la simple gélatine pour gateaux. Déjà que des esturgeons, il y en a de moins en moins...il y a cinq siècles, on en trouvait dans nos fleuves.

Passons à la pratique...
Préparation de la colle forte de gélatine : Dans un pot (à confiture), mettre 2 feuilles de gélatine (au besoin les casser) puis ajouter l'eau froide pour couvrir à hauteur. Les feuilles étant très fines, elle gonflent rapidement. Au bout de 2 heures, faire chauffer doucement le pot au bain-marie en remuant. A partir de 23 °C, les fibres de collagène de la gélatine se séparent les unes des autres et on obtient un liquide homogène et transparent. En contrôlant la température avec un thermomètre,  il est maintenant possible de tremper le cuir dans cette colle.



Un dégagement de bulles est visible, accompagné d'un bruit d'ébullition. En quelques secondes, le cuir fin est totalement imprégné du liquide, il est flasque et gluant.

Remarque : Il est plausible que, de cette étape où les bulles d'air s'échappent, vienne l'appellation cuir bouilli. Cela ressemble tout à fait à une ébulition mais la température du liquide employé est bien en dessous de 40 °C.
Remarque :  Lors du trempage du cuir la température de la colle ne doit pas dépasser 37 °C sous peine d'abîmer définitivement la structure du cuir. Une températude de 32 °C est optimum, plus froid  le liquide pénètre plus lentement dans le cuir.
Voici une image (pour ceux qui ne font pas de patisserie) de cette gelée refroidie après chauffage:























Ensuite le bout de cuir est placé sur la pierre plate et paré à l'aide du tranchet :



Le parage est indispensable pour ne pas faire de "marches" sur les raccords, ce qui serait disgracieux et fragile.
Aidé de la colle gluante, le cuir adhère à la pierre et facilite ce travail très délicat.

Remarques : La surface du cuir est utilisée au maximum, les chûtes de cuir sont minimes, il reste seulement  quelques fins copeaux. Il est tout à fait possible de parer le cuir avant de le tremper dans la colle.

Le cuir est disposé sur la forme, les jointures sont fixées avec un batonnet en os :

























Les jointures sont lissées :



Les rectangles de cuir épais maintiennent les passants en forme.

Il ne reste plus qu'à décorer l'objet avant qu'il ne soit complètement sec :




Les motifs sont incisés avec un fine lame, le fond est "repoussé" en utilisant un outil en os fait maison. Une fois sec, l'objet est huilé avec de l'huile de lin.
 

Remarque : On peut dire que cette boîte est entièrement faîte de collagène,en effet le mot collagène vient de termes grecs signifiant "qui fait la colle" or le cuir lui-même est constitué de cette substance. L'ajout de collagène augmente la densité du cuir (l'air chassé est remplacé par la colle et les fibres du cuir sont renforcées).
Il est très difficile d'avoir des preuves de l'utilisation de cette technique car la composition chimique du cuir ainsi transformé ne diffère pas de celle du cuir d'origine.
 :-) Si des étudiants cherchent des idées de Master, qu'ils n'hésitent pas à nous contacter !

Résultat final :
Le couvercle s'emboîte, il est parfaîtement ajusté.



Pour lire l'article sur le "cuir bouilli" en totalité :
ici
Pour avoir un complément d'information sur la structure d'un cuir : ici

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>